mardi 20 décembre 2016

HOMMAGE AUX HOMMES DU HAUT FOURNEAU 6 DE SERAING


Le Haut fourneau 6 de SERAING, qu'on appelait il y a 40 ans , l'ESPERANCE.... a été dynamité vendredi dernier. 
L'"espérance" des hommes avait déjà, elle été dynamitée à petits et grands coups, depuis la revente de COCKERILL SAMBRE par la Région Wallonne en 1998 à la multinationale USINOR , devenue ARCELOR,  jusqu'à l'exécution finale par le grand prédateur  MITTAL. 

HF 6 . Qu'est ce que j'en ai passé des heures sur ce plancher de coulée !
Je n'étais ni haut- fourniste, ni sidérurgiste, mais réfractoriste, en charge , pour la société de produits réfractaires qui m'employait, de suivre,avec d'autres collègues, les bouchages et débouchages du trou de coulée du haut fourneau, le robinet en quelque sorte de cette énorme casserole à fonte.
Le bouchage, avec l'énorme machine qui pivote et se plaque contre le placard et injecte le temps de quelques secondes les litres nécessaires de masse à boucher, les fumées, les dégazages, parfois les débouchages intempestifs.
La masse à boucher, aussi ancienne que la sidérurgie : certain anciens l'appelaient « la terre » ou « le mastic ».
Dans le vacarme, la perforatrice enfonce ensuite la barre de 50 mm, et 30 min après ,elle vient l' extraire , et dans un jaillissement d'étincelles, la fonte en fusion , à 1450 ° , coule en un puissant jet jaune orange .
Tous les paramètres doivent être suivis : les temps de coulée, la résistance au laitier, la longueur du trou de coulée , la vitesse d'injection etc.
L'exigence de sécurité est énorme, de même que les exigences pour la santé et l'environnement
( produits non nocifs...) même si évidemment la course à la performance, à la rentabilité et au profit mène le bal avant tout. Pour sauver les Hauts Fourneaux de LIEGE ( soit disant ,selon la religion Arcelor, non rentables, parce que non situés au bord de la mer) , il fallait être « super performant ».
Foutaises....ils étaient « performants », et tout a quand même été liquidé par le monde de la finance.

Les hommes en costume gris sont arrivés dans leur grosse  Safrane avec leur laptop.
Dans l'acier comme dans les réfractaires d'ailleurs - j'ai personnellement vécu 3 fermetures de sites  en 5 ans- ; 
 ils  ne savaient parler que que de marges, d'EBIT de "résultat"pour les actionnaires  : je te ferme un  haut fourneau par ci, une usine par là ,pour finir par tout liquider - les travailleurs bien sûr en premier lieu.

Au delà du souvenir de mes angoisses  à chaque bouchage et débouchage, c'est aujourd'hui aux hommes que je veux rendre hommage.
Travaillant dur , dans la chaleur, ils étaient pleins de chaleur humaine, de bonne humeur, toujours accueillants , partageant tantôt un barbecue, tantôt un spaghetti.
Et aussi ceux de SERAING étaient , parmi tous les haut- fournistes que j'ai pu rencontrer aux 4 coins du monde,certainement parmi les plus compétents, des fondeurs aux techniciens, contremaîtres et ingénieurs .
Je me souviendrai toujours des séances de formation aux masses de bouchage où les questions des fondeurs fusaient, mais surtout aussi les détails et les précisions sur l'outil, les réflexions sur le process.
J'ai beaucoup appris des haut – fournistes de SERAING.
Et aujourd'hui, c'est, pour moi, un peu tout ça qui est dynamité, même si le vrai dynamitage, celui des hommes, a déjà eu lieu il y a quelques années.
Une société qui envoie au chômage et dynamite tout ce savoir et  cette intelligence  collectives et toute cette expérience , transmise avec fierté de génération en génération,
qui présente ce patrimoine humain, technique et scientifique comme « dépassés à l'heure des nouvelles technologies » ne saurait avoir d'avenir.
On ne construit pas l'avenir en dynamitant ce qu'il y a de meilleur dans une société.C'est l'homme, le capital le plus précieux, ne l'oublions jamais!

(photos Francis)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire